Par Mwinda
Dans une lettre adressée à Sassou, Benoît Moundélé Ngolo écrit : « Je suis convaincu que ce que je vous suggère de faire vous grandira aux yeux du monde international et national, donc que ce qu’on vous propose de faire, à savoir changer ou réviser la constitution de 2002 pour vous permettre de briguer un troisième mandat en 2016 ne me donne pas la conviction d’être une bonne proposition car elle comporte trop de risques dangereux - y compris des risques de sang – qu’il convient de ne pas prendr...
Vus : 107. Votes : 0. Partages : 0.