Par Le Matin
Le champ de la littérature algérienne est ponctué de nombreuses joutes ; les plus célèbres restent sans doute celles ayant opposé Tahar Ouettar à Tahar Djaout et, auparavant, Mostefa Lacheraf à Mourad Bourboune, ce dernier reprochant, le 07 décembre 1963, au premier de scruter depuis la capitale française "l'avenir de la culture "algérienne" tout en se préservant "(…) une solide retraite dans les ruelles littéraire de St-Germain-des-prés (...)."
Vus : 161. Votes : 0. Partages : 0.