By La Libre Afrique
Elle a aujourd’hui 60 ans. Mais Laetitia Ngendakumana pleure encore comme la fillette de 10 ans qu’elle était en 1972, lorsque son père a disparu dans les massacres ethniques qui ont embrasé le Burundi, récemment qualifiés de génocide par une commission gouvernementale.
Views : 58. Votes : 0. Shares : 0.